BUKAVU : Les commissariats de Police métamorphosés à des garages des véhicules !

0
476

La situation sécuritaire au  Sud-Kivu inquiète de plus en plus la population. Le banditisme urbain a pris de l’envole dans le chef lieux de cette province. Dans la matinée du mercredi 30 Aout 2018 une vive tension a été observée dans la commune de Kadutu, suite au meurtre de deux personnes par des bandits armés. Plusieurs observateurs s’inquiètent de cette situation pourtant les postes de police sont installés dans différents quartiers de la ville pour sécuriser la population et leurs biens, mais fort et malheureusement de constater que ces derniers se transforment à des garages de véhicules des particuliers.

La sécurité des personnes et des biens est parmi les missions fondamentales de l’administration publique de tous les Etats.

Plus d’un observateurs de la vie sociale constatent que sur toute l’étendue de la RDC en général et au Sud-Kivu en particulier, l’exécution des lois, des directives et des règlements en matière de sécurité des personnes et de leurs biens se bute à beaucoup de difficultés.

Pour pallier à ce problème, une nouvelle stratégie de sécurisation de la population et de leurs biens était mise en marche, il s’agissait de la police de proximité.

Mais,dans sa manière classique d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens, la police  de la RDC a failli à sa mission. Car La population ne cesse de dénoncer au quotidien les bévues commises par cette police qui crée une crise de confiance entre elle et la population.

Pour  Nicolas Lubala, président provincial de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile du Sud-Kivu (NDSCI), la police nationale congolaise a échoué sa mission de sécuriser la population et leurs biens car il ne se passe deux ou trois jours sans pour autant enregistrer le cas d’assassinat dans la ville de Bukavu comme le cas concret, celui d’Alain qui a été lâchement tué. Egalement au niveau de Camp Tv, le mercredi dernier, lorsque un revendeur des cartes prépayées et service Airtel Money a été assassiné avec une sentinelle par des hommes armés.

A cela, Lubala ajoute que la NDSCI a toujours décrié le fait que les policiers commis à ces postes sont devenus de sentinelles de véhicules au lieu d’assurer la sécurité de personne et de leurs biens. Et qui occasionne l’insécurité dans la ville de Bukavu parce qu’ils n’ont pas le temps d’assurer la sécurité des personnes.

« partout où nous passons à travers les commissariats de police que ça soit à la commune de Kadutu, au niveau du quartier Kasali, à Muhungu Météo, quartier Mosala, à Panzi… , il y a des véhicules garés et sont les policiers qui assurent la sécurité, ils sont devenus de sentinelles. Cela occasionne l’insécurité car ils n’ont pas le temps d’assurer la sécurité des personnes et leurs bien mais sont là uniquement pour les véhicules et maintenant c’est les malfaiteurs qui profitent de la naïveté des policiers pour commettre leurs forfaits d’insécuriser la ville », ajoute-t-il.

Par ailleurs, une autre opinion estiment que vue les conditions dans les quelles ces policiers travaillent, pourraient les pousser à de tels actes pour trouver quelques moyens financiers afin d’assurer leurs  ratios alimentaires pendant la nuit.

Face à cette situation, Nicolas Lubala pense que  malgré les policiers ne sont pas bien rémunérés, ils devraient d’abord faire leur travail puis réclamer le salaire après. Comme c’est le cas chez les enseignants.

« Nous avons toujours décrié le mauvais traitement de conditions des policiers parce que si quelqu’un n’est pas bien motivé, c’est difficile aussi qu’il puisse bien assurer son travail correctement. Mais nous avons toujours dit que lorsque tu travaille pour autant même s’il n’y a pas beaucoup de majoration de salaire, les policiers devraient directement s’adresser à leur chef afin qu’ils puissent etre bien remunérés. Nous voyons parfois les enseignants qui ne sont pas bien rémunéré mais ils font d’abord leur travail. Donc, ils devraient d’abord faire leur travail puis réclamer le salaire après », indique-t-il.

En somme, Nicolas Lubala invite le général de la Police Nationale Congolaise, le maire de la ville de Bukavu ainsi que le ministre ayant la sécurité dans ses attributions d’interdire les garages des véhicules d’équiper, rémunérer la police pou bien faire la sécurité des personnes et de leurs biens.

Par MWEMA Joseph

ACHA JIBU

Please enter your comment!
Please enter your name here